LA TRADUCTION
LA TRADUCTION
LE NOM
E BREZHONEG
IN ENGLISH
EXTRAIT N° 1
EXTRAIT N° 2
EXTRAIT N° 3
SE PROCURER

L'objectif de l'édition Koad 21 est de mettre à la disposition de l'ensemble des lecteurs brittophones du 21ème siècle une traduction en langue bretonne moderne du Nouveau Testament (2ème partie de la Bible). Cette traduction est à la fois rigoureuse par rapport au texte grec d'origine et accessible à tous par son style. En vérité, il ne s'agit pas d'une traduction nouvelle, mais de la révision d'une ancienne traduction, celle de Guillaume Le Coat, éditée en 1893.


Cette révision a été publiée en 2004 et porte sur cinq points:
- Moderniser les expressions un peu anciennes.
- Transposer en breton unifié les mots ou les tournures qui ne sont pas utilisés en dehors du Trégor.
- Remplacer quelques mots directement issus du français par un vocabulaire plus conforme au lexique breton.
- Concernant les mots importants, essayer, quand cela est possible, de conserver le même mot breton lorsque le texte d'origine utilise le même mot grec.
- Transposer le texte dans la graphie unifiée actuelle.


La révision a donc consisté à moderniser le texte, à le transposer dans les règles de la graphie actuelle du breton unifié (brezhoneg peurunvan), à remplacer les mots trop spécifiques à la langue du Trégor par des mots plus communs, à "bretonniser" quelques mots du texte de Monsieur Le Coat directement issus du français, mais seulement lorsqu'il existe un mot éthymologiquement plus celtique et qui nous a semblé usuel et compréhensible par l'ensemble des bretonnants. Nous avons eu le souci de permettre à cette traduction d'être lue par la totalité des bretonnants (ou brittophones). Nous avons recherché ainsi un bon équilibre entre la langue parlée, souvent influencée par le français, et la langue enseignée, généralement dotée d'un vocabulaire plus authentique. L'objectif de cette version du Nouveau Testament est d'être accessible à ceux qui n'ont pas reçu de formation à la langue littéraire, sans pour autant heurter ceux qui sont instruits en langue bretonne.


Il existe deux grandes catégories de traductions de la Bible dans une langue vivante:
- les versions à correspondance formelle, ou traductions littérales
- les versions à équivalence dynamique.

Les premières privilégient le respect du sens précis des mots et de la structure des phrases dans la langue d'origine, ainsi que la rigueur de la transposition des idées, au détriment de l'élégance de style. Les deuxièmes privilégient une expression plus coulante et plus agréable dans la langue de rédaction, en cherchant plutôt la fidélité dans l'impression produite chez le lecteur, compte tenu de sa culture, ceci au détriment de la rigueur de la traduction et quitte parfois à laisser place à l'interprétation.

La traduction de Guillaume Le Coat se range clairement dans la catégorie des traductions à correspondance formelle. C'est donc une traduction rigoureuse, dans laquelle l'effet de style n'est pas recherché, les phrases sont simples, souvent structurées autant que possible à l'imitation de la phrase grecque d'origine. Il s'agit d'une traduction basée sur le Texte Reçu (Textus Receptus).

 
Vous trouverez des informations sur l'histoire des traductions de la Bible en français et en breton ici.

La Bible en Anjou et Bretagne
Ar Bibl en Anjev hag e Breizh

(Société Biblique d'Anjou)